Les prix de l’immobilier continuent de monter malgré la crise sanitaire

1449

Après la crise du Covid-19, alors que pratiquement tous les secteurs sont touchés, selon les dernières nouvelles, le marché de l’immobilier français se porte très bien. Les prix sont en hausse constante, ce qui n’a pas manqué d’attirer l’attention des experts du domaine. Mais pourquoi le prix de l’immobilier continue-t-il d’augmenter malgré la crise ? Après avoir fait nos recherches, voici ce que nous avons trouvé à ce sujet !

Nombre de vendeurs en baisse

Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, la crise sanitaire n’a pas obligé les Français à vendre leurs biens immobiliers. Malgré cette crise sans précédent, rares sont les Français à vouloir se séparer de leur maison. En tout cas, c’est ce que constatent les analystes spécialisés dans le marché immobilier français.

A lire aussi : Les différents acteurs d'une transaction immobilière

Selon ces analystes en effet, le nombre vendeur ne cesse de baisser sur le marché immobilier de l’Hexagone. Et le temps que cette tendance se poursuive, le prix des biens ne baissera pas.

Nombre d’acheteurs en hausse

D’un autre côté, il faut reconnaître que la crise n’a pas vraiment eu un impact financier pour les Français, en tout cas pour certains. Le fait est que, selon les analystes, le nombre d’acheteurs sur le marché de l’immobilier ne cesse d’augmenter. C’est tout l’inverse de ce que l’on aurait pu s’attendre d’une crise sanitaire d’envergure mondiale.

A lire en complément : Les nouvelles tendances de décoration pour un salon chic et moderne

Quoi qu’il en soit, l’augmentation du nombre d’acheteurs ne fera qu’accentuer la hausse du prix de l’immobilier en France. Tant que la tendance ne s’inverse pas, les prix continueront d’augmenter.

Les vendeurs ne baissent pas leur prix

Les analystes du marché constatent aussi le refus catégorique des vendeurs à baisser leur prix. Or, en baissant le prix, un vendeur obligera les autres à s’aligner sur son offre, ce qui occasionnera une baisse de prix global sur le marché. Sauf que pour le moment, c’est loin d’être le cas. Mais quoi qu’il en soit, même si le prix de l’immobilier est en hausse, c’est toujours le meilleur moment pour acheter une maison. Explication, ci-dessous.

Baisse du taux d’intérêt des crédits immobiliers

Actuellement en France, le taux d’intérêt sur les prêts immobiliers est très bas. À cause de cela, le prix de l’immobilier est en hausse, mais grâce à cela c’est le meilleur moment d’acheter une maison. Explication :

Comme le taux d’intérêt est très faible, les Français sont attirés par l’occasion et nombreux sont ceux qui contractent des prêts immobiliers. Cette baisse de taux aura donc comme effet direct l’augmentation du nombre d’acheteurs sur le marché de l’immobilier français. Et quand le nombre de demandes augmente, le prix également.

Si de nombreux Français sont tentés par cette baisse de taux d’intérêt malgré la hausse des prix des biens, ce n’est pas sans raison. En fait, avant d’acheter un bien immobilier, il est important de tenir en compte le taux d’intérêt d’un prêt. Si le taux est faible, c’est le moment d’acheter puisque l’acquisition vous revient moins cher. Ainsi, même si le prix de l’immobilier augmente, avec un faible taux d’intérêt, on peut tout à fait faire de bonnes affaires. A contrario, si le prix est bas, mais le taux est élevé, le risque est de devoir payer plus que pendant les prix hauts.

L’impact de la pandémie sur la demande immobilière

La crise sanitaire a bouleversé les habitudes de vie et de travail des Français, impactant ainsi la demande immobilière. Effectivement, avec le télétravail qui est désormais encouragé par les entreprises, les critères de recherche d’un bien immobilier ont évolué. Les acheteurs sont désormais en quête d’un logement plus grand et plus confortable pour pouvoir travailler à domicile dans un environnement propice. Cette nouvelle tendance se traduit notamment par une forte demande sur le marché des maisons individuelles avec jardin.

De même, on observe une augmentation significative des demandeurs souhaitant vivre en périphérie ou hors de la ville pour bénéficier d’une qualité de vie meilleure tout en restant à proximité des zones urbaines où ils peuvent continuer à exercer leur profession.

En revanche, cette situation engendre aussi une pression accrue sur l’offre disponible pouvant conduire à une hausse du prix moyen au mètre carré. Effectivement, les biens immobiliers répondant aux nouveaux critères recherchés étant rares sur le marché vont logiquement être proposés à un tarif supérieur.

Prenant acte du contexte économique actuel incertain lié au COVID-19 et craignant potentiellement une baisse importante du marché immobilier dans les mois voire années qui viennent, certains propriétaires hésitent encore à vendre, contribuant ainsi à la pénurie de logements disponibles.

Même si l’impact de la pandémie sur le marché immobilier français est complexe et en constante évolution, il semble évident que les critères d’achat ont été bouleversés. Il semblerait aussi que ce soit le moment idéal pour envisager un investissement dans une propriété immobilière compte tenu des taux d’intérêt actuels et de la rareté accrue des biens immobiliers répondant aux nouveaux critères recherchés par les acheteurs potentiels. Il faut rester vigilant face à l’évolution incertaine du contexte économique mondial liée au COVID-19 qui pourrait avoir un impact négatif sur le marché immobilier dans les mois voire années qui viennent.

Les villes les plus touchées par la hausse des prix immobiliers

La crise sanitaire a impacté de manière inégale les différents secteurs économiques en France. Le marché immobilier, en particulier, semble avoir été très peu touché par cette crise et continue de connaître une hausse des prix dans certaines villes.

Les grandes métropoles sont actuellement celles qui affichent les tarifs immobiliers les plus élevés. Paris arrive ainsi en tête du classement, suivie de près par Lyon, Bordeaux et Nantes. Il semblerait que ces villes soient toujours aussi attractives pour la population française mais aussi étrangère. Effectivement, notamment à Paris, où le nombre d’acheteurs/candidats locataires internationaux est très important. La ville attire aussi grâce à son dynamisme culturel ou encore universitaire avec ses nombreuses formations prestigieuses.

La situation est différente dans certaines villes moyennes où le marché immobilier ne suit pas toujours la tendance nationale. Les tarifs pratiqués y restent raisonnables tout en offrant un cadre de vie agréable et accessible pour tous types d’investisseurs. C’est donc une opportunité intéressante pour ceux qui souhaiteraient investir sur un marché moins couru que celui des grandes agglomérations françaises tout en bénéficiant de conditions avantageuses telles qu’un taux d’emprunt encore bas malgré la pandémie ou l’accès à des aides publiques propres aux zones concernées (dispositif Pinel, par exemple).

Le marché immobilier en France connaît actuellement une hausse des tarifs dans les grandes villes telles que Paris, Lyon ou encore Bordeaux. Cela ne doit pas décourager les investisseurs car certaines villes moyennes offrent aussi d’excellentes opportunités avec un cadre de vie souvent plus agréable et accessible financièrement pour tous.

Il faut rester vigilant face à l’évolution incertaine du contexte économique mondial liée au COVID-19 qui pourrait avoir un impact négatif sur le marché immobilier dans les mois, voire années, qui viennent.