Comment calculer la rentabilité nette d’un investissement locatif ?

2

Vous voulez faire un investissement locatif ? Si vous hésitez à commencer, le calcul de la rentabilité de votre investissement immobilier peut vous convaincre à concrétiser votre projet. Pour faire un investissement avec un rendement locatif intéressant, il est nécessaire d’accorder une attention particulière à l’emplacement du logement.

Est-il situé dans un quartier où la demande locative est élevée ? Est-il bien desservi par les transports en commun ? Si vous avez choisi plusieurs appartements ou maisons dans une localité attrayante, il vous suffit de calculer la rentabilité de ces propriétés pour accéder à des propriétés locatives.

A découvrir également : Est-ce que les rentes du Québec sont imposables ?

Pour ce faire, distinguez l’rentabilité brute de l’rentabilité nette et comprenez les rendements locatifs.

Comment puis-je calculer la rentabilité du locataire ?

Performance locative a tendance à mesurer les résultats de votre investissement dans l’immobilier. Vous devez établir une relation entre ce que votre propriété vous apporte, c’est-à-dire la somme du loyer sur un an et ce qu’il vous coûte. Il s’agit du prix d’achat, du crédit, des coûts d’entretien et des taxes. Il est donc nécessaire de réfléchir à tout cela lors de l’évaluation de l’immobilier.

A voir aussi : Les différents acteurs d'une transaction immobilière

Calculer la rentabilité brute d’un bien immobilier

Pour obtenir des rendements bruts, définissez le coût de votre investissement. Il comprend le prix d’achat, les frais d’agence, les frais de notaire, ainsi que les frais d’exécution des travaux de rénovation. Par exemple, vous achetez un appartement dont le coût est de 160 000€. Ensuite, vous le louez pour un loyer mensuel de 660€. Le calcul à effectuer est le suivant : 660 x 12/160 000 x 100 = 4,95 %.

Calculer la rentabilité nette d’un investissement locatif

Pour déterminer la rentabilité nette, il est nécessaire de se retirer du loyer annuel :

  • taxe foncière
  • dépenses non recouvrables du locataire
  • les coûts liés au travail et à la maintenance ;
  • assurance souscrite, telle que la garantie contre le loyer impayé
  • frais de gestion du loyer.

Si votre appartement acheté pour 160 000€, vous rapporte 7.920€ de loyer annuel et tous vos frais s’élèvent à 1.680€, il est nécessaire de calculer ce qui suit : 7.920 — 1.680 = 6.240. Après cela, il suffit de diviser par le prix d’achat : (6 240/160 000) x 100 = 3,9 %. D’autre part, la rentabilité est encore plus précise, c’est-à-dire la rentabilité nette obtenue en retirant le montant de l’impôt.

De plus, les allégements fiscaux vous permettent de profiter d’avantages fiscaux attrayants. Si vous investira dans de nouveaux biens immobiliers, vous pourrez profiter de la loi Pinel ou de l’unité Censi-Bouvard. D’autre part, si l’on préfère choisir l’ancien et effectuer des travaux, le programme Denormandie encourage la rénovation du bâtiment dans plus de 200 municipalités.

Rentabilité des loyers : quelle propriété préférer ?

Petites zones

La rentabilité nette se situe souvent entre 2 et 7 %. Il est clair qu’il est en corrélation avec le type de logement que vous choisissez. En fait, les petites zones s’avèrent plus rentables que les grandes. Dans le domaine de la location immobilière, si vous choisissez un studio, vous courrez le risque de subir un fort chiffre d’affaires. Toutefois, un rendement plus élevé compense ce risque prouvé. Avec la méthode Larcher , vous pouvez mieux comprendre le rendement locatif de votre investissement.

En général, les dépenses et dépenses de votre investissement immobilier sont considérées comme étant 25 % du loyer annuel . Ainsi, si l’on prend l’exemple de l’appartement acheté 160 000€ et loué à 660€ par mois, le calcul est le suivant : 660 x 9/160 000 x 100 = 3,71 %. Si vous préférez investir dans de plus grandes surfaces, sachez que lors du choix d’une maison ou d’un grand appartement, votre rentabilité par mètre carré est inférieure.

Par exemple, vous louerez facilement à une famille inscrite dans le terme. De fait, vous préférez la sécurité au détriment d’une plus grande rentabilité. Enfin, il existe une solution intermédiaire pour la location immobilière : il s’agit de deux pièces et de trois pièces . Dans ce cas, vous combinez la stabilité des locataires à la faible vacance locative.

Choix du lieu

Si vous voulez réussir votre investissement dans des propriétés locatives, le critère de rentabilité n’est pas la seule chose à prendre en compte. Le choix du lieu est en fait crucial. Investir dans une zone très tendue où l’offre de logements est inférieure à la demande locative, garantit une meilleure valeur à long terme.

Mais méfiez-vous d’une estimation immobilière trop élevée. Les hypothèses d’une hausse des prix de location ou d’augmentation des prix à la revente sont parfois surévaluées. Préfend un quartier en expansion, une zone bien desservie par les transports et équipée de magasins ! N’hésitez pas à choisir plusieurs annonces dans le même secteur pour tenter de négocier un bien dont l’estimation de la propriété aurait été surévaluée !