Comment réduire le niveau d’humidité dans la maison ?

4

Avoir une maison saine signifie que vous pouvez respirer un air sain sans polluants, mais surtout avec un niveau d’humidité suffisant.

A lire aussi : Les prix de l'immobilier continuent de monter malgré la crise sanitaire

Peu de gens connaissent l’importance d’avoir un taux d’humidité ni trop bas ni trop élevé pour assurer un confort thermique et sanitaire. Cet article vous en apprend plus sur ses conséquences pour la santé, mais aussi et surtout sur la façon de le réguler.

Humidité dans la maison : quel est le chiffre idéal ?

Dans un premier temps, il convient de noter qu’une humidité trop faible (air sec) peut causer des troubles respiratoires, des maux de tête et d’autres inconforts.

A lire aussi : Location immobilière : ce qu’il faut savoir sur le projet de loi Nogal

Le contraire est tout aussi problématique, car une humidité trop élevée provoque l’apparition de moisissures et de champignons dans votre maison. Une humidité trop élevée dans la maison peut également être à l’origine de nombreuses maladies pulmonaires et allergies.

Nombreux des études scientifiques ont montré que l’humidité relative idéale dans la maison devrait se situer entre 40 % et 60 % à 20 °C.

Comment détecter un niveau d’humidité anormal à la maison ?

Comme mentionné précédemment, le niveau d’humidité de la maison doit respecter certaines normes pour assurer le confort des habitants.

Voici quelques conseils qui vous indiquent s’il est trop bas ou trop élevé.

  • L’humidité dans la maison trop élevée

— constante de température ambiante inférieure à la normale (environ 4°C de moins).

— Condensation des gouttelettes d’eau sur des surfaces froides (verre, métal…).

— Moisissure (odeur de moisissure) et mousse sur les murs.

— Champignons (sur les meubles et les murs).

— Des vêtements aux allures mouillées.

  • Humidité dans la maison trop faible

— Lèvres fissurées et peaux de glace.

– Irritation de la gorge.

— Les difficultés respiratoires pour les personnes fragiles.

— Inconfort et inconfort constants.

Si, bien sûr, vous soupçonnez ou ressentez l’un de ces symptômes, il est conseillé de consulter un spécialiste du traitement de l’humidité dès que possible.

Ventilation pour réduire l’humidité dans la maison

A n’importe quel problème sa solution !

En fait, si vous souhaitez maintenir l’humidité dans votre maison en dessous du seuil maximum de 60 %, voici les conseils à connaître :

  • Effectuez un diagnostic qui peut vous permettre de localiser les sources : condensation, ascenseurs capillaires, infiltrations, etc… Les raisons sont nombreuses et le traitement varie en fonction du diagnostic.
  • Ventilation régulière de votre maison est essentielle, de préférence tôt le matin et après chaque activité physique (ménage, sport…).
  • Équipez-vous d’un déshumidificateur d’air : cet appareil est assez puissant ! Cependant, il n’aborde pas la cause, mais aide uniquement à réguler le niveau d’humidité (solution temporaire à utiliser en cas de niveaux exceptionnellement élevés).

Néanmoins, la meilleure solution qui permet de se débarrasser de l’humidité et de réguler la vitesse est la ventilation.

Parmi les accidents de la « nouvelle génération », le VPH (ventilation positive contrôlée par hygro-contrôle) est l’un des meilleurs résultats. Il aspire l’air extérieur, le filtre et le nettoie. Une fois durci, ce dernier est déshumidifié puis respiré silencieusement dans toute la maison. Cette surpression aide à expulser l’air pollué et humide vers l’extérieur.

En résumé, en plus de réguler le niveau d’humidité dans la maison, le VPH nettoie l’air et préchauffe (permet d’économiser de l’énergie dans chauffage électrique) tout en se débarrassant de l’air obsolète.

Le niveau d’humidité dans la maison est trop élevé : quelles conséquences ?

Lorsque votre maison souffre de problèmes d’humidité, il est important de les traiter le plus rapidement possible. Les dégâts peuvent être très importants, voici quelques exemples :

  • Conséquences sur votre santé :

— Problèmes pulmonaires.

— Troubles respiratoires et asthme (risque élevé chez l’enfant).

— Différentes allergies.

— Sinusite chronique et congestion nasale.

— Maux de tête constants.

— Risque élevé de développer des rhumatismes (risque élevé chez les personnes âgées).

  • Conséquences sur votre maison

Moisissure et odeur de moisi.

— Les champignons et l’obscurité sur les murs et les meubles.

— L’accumulation de plâtre sur les murs.

— La propagation des acariens.

— Peeling de peinture et de papiers peints.